Textes de chansons pour strange panic

Textes de chansons pour strange panic:

http://strangepanic.bandcamp.com/album/nuits-blanches

http://strangepanic.bandcamp.com/album/vir-es-nocturnes

Vivons loin des gens

Tu dors encore, je sors de notre maison
l’herbe que le givre a blanchi semble d’argent
parfois j’aimerais me dépouiller de ma raison,
retrouver la clairvoyance d’un innocent.

Je descends la colline vers la rivière
j’espère que tu vas pouvoir dormir longtemps
mon souffle évapore des fumées, des prières
j’aimerais pouvoir t’accorder plus de temps.

J’enfonce mes mains loin au fond de mes poches
dans le matin clair mes petits maux pâlissent
je descends, la mousse enveloppe la roche
mes pas crissent sur le givre, crissent, crissent.

Les arbres ont formé un tunnel comme un boyau
je descends dans la forêt, dans ses entrailles,
la nuit des sous-bois se perce de rayons chauds
comme mes angoisses qui face à toi défaillent.

J’avance sous une cape étoilée d’or
je frissonne, seul dans cette intimité,
il n’y a aucun bruit, aucun homme dehors
c’est l’heure où l’aube claire commence à s’écouler.

Je l’aperçois entre les feuillages scintiller
la rivière ondule comme un serpent sacré
elle m’appelle, son chant sait m’émerveiller
entre les collines elle danse déroulée.

Je pense à toi qui dort au chaud et qui rêve
je pense au calme de notre maison, je t’aime
dans le froid je pense à l’été qui s’achève
au final, on est pas malheureux quand même.

La rivière murmure, musicale ici
le silence brille de la clarté de sa voix
son déferlement des eaux me lave l’esprit
la rivière me parle et je pense à toi.

Je regarde sa peau d’argent étinceler
le roulis des courants noueux s’entremêler
et voici que je la sens en moi ruisseler
charrier tous mes tracas, que je vois s’écouler.

Dans l’air cristallin du silence automnal
je pense à toi, je pense à moi, je pense surtout
au secret sorti des berges en conseil vital
vivons loin des gens pour nous occuper de nous.

 

Les grands chênes sous la pluie

Dans l’immensité grise ils se dressent sombres
Comme des menaces dans la pluie soudaine
Qui jettent au sommet des collines des ombres
Toujours plus grandes dans l’étendue des plaines.

Et, transies dans la pluie froide qui les fouette
Leurs statures élèvent de muettes plaintes,
-Partout vont leurs lamentations ; leurs silhouettes
Ont des voix lugubres dans le vent qui chuinte.

On les voit debout sur leur mont solitaire
Comme des condamnés, comme des suppliciés
La neige les a glacés sous son suaire
Puis le gel et la grêle se sont succédés,

Ils espéraient le printemps clément aujourd’hui
Ouvrir leurs bourgeons gorgés de sève,
Ils sont battus par quatre vents fous sous la pluie.
Et dans leurs gémissements j’entends leurs rêves.

 

Petit homme
Petit homme j’aimais les grands vents de l’hiver
L’obscurité du crépuscule des jours froids
La boue, les flaques d’eau grise dans la terre
Je courais la lande avec mon épée en bois
Charmé des cieux mornes, des arbres décharnés
Chevalier errant dans ce pays sauvage
En quête pour livrer un combat acharné
Aux monstres qu’un héros voit sur son passage.

Dans les rougeoiements déclinants de l’horizon
J’attendais dans l’obscurité grandissante…
J’éprouvais le Mystère inquiétant, l’oraison
La paix qu’ont la nuit les étoiles naissantes…
Je rentrais excité sous le grand Univers
Baigné d’un sentiment religieux primitif
Avec cette joie quand la beauté vous serre
Sous les cieux étoilés, lissés par un vent vif.
Virée nocturne
Les phares fouillent le ventre obscur de la nuit
Ils caressent des troncs, des corolles de pins
Nous montrent l’oubli, révèlent un monde englouti
Un endroit secret que la nuit garde en sa main.

De rares étoiles percent entre les nuages
On roule dans la nuit, on erre nomades,
Happés par l’appel du large et de la plage
En manque d’océan, et comme malades.

La route, son dos écailleux nous emporte
On roule dessus l’esprit vidé, presque en paix
Savoir l’océan proche nous réconforte
La route on ne voit qu’elle, son asphalte épais,
Et sa voie déserte brille sous la lune.
On longe une anse où scintille une mer d’huile
Cette vue nous remplit d’une joie commune
Des bouées lumineuses sur l’onde agile
Remuent leur halo rouge ou vert sur les courants,
Tout un havre lisse et plane qui s’étale.

Longer le rivage face aux rouleaux mourants
Sentir les vagues dans leur course finale
Nous réveille. Puis on arrive à la pointe.
La lune inonde les lieux dans son sang blanc
La surface de l’océan en est ointe,
Une immensité baignée de clarté d’argent.

Nous voilà au pied du phare de la Coubre
Il domine toute la côte sauvage
Annonce l’estuaire et ses courants fourbes
Sur des étendues de dunes et de plages.

Ce géant jaillit du sable, long, effilé
Sur son corps rouge et blanc tournent quatre faisceaux
Couronne de lumière qui aime osciller
Au seuil de ce territoire infini des eaux.

Ces dimensions illimitées sont grisantes,
La houle ondule en des lieux où l’œil s’égare
Je ressens sa respiration lourde et lente
Là, tout de suite, j’ai envie d’être un phare.

 

 

 

Voici l’heure
Voici l’heure où les lumières sont éteintes
voici l’heure où les les fenêtres sont aveugles
je marche et le froid m’a pris dans son étreinte
je marche, et mon âme souffre d’être seule.

Je ne comprends pas ce qu’on fait les étoiles
dans quel cachot m’ont elles jetée aux fers?
j’appelle mon esprit que la folie voile
j’appelle mon esprit pour qu’il explique aux nerfs.

Tu disais que je brillais comme un soleil
tu disais que je t’apportais l’équilibre
qu’à un arbre majestueux j’étais pareil
que mes caresses sur ton corps rendaient libres.
je puisais ma vie à la source de tes yeux
comment as-tu pu trahir ce serment sacré
pour personne je n’ai été aussi précieux
pour personne, tu entends? C’était mon secret

tu disais que ma voix suave était douce
belle mais voilée comme une aube grise,
le ciel où flotte ta chevelure rousse
n’aura plus dans tes cheveux son emprise

tu m’as emmuré vivant, comment as tu pu?
j’ai bien chercher à montrer mon front au soleil
mais sa chaleur fait comme si j’existais plus
j’ai bu des choses, j’ai gouté des merveilles

pour toi je suis allé supplier la lune
j’ai saigné mon coeur pour convoquer nos souvenirs,
je t’ai vue et dans une grâce peu commune
j’ai frôlé le sublime et l’éternel devenir.

je me suis cru guéri, j’ai dansé, j’ai chanté
mais ton sacre dans la terre, moi, m’a damné
et tout le jour, toute la nuit je suis hanté
rien, ni aux dieux ni à toi sera pardonné

C’est l’heure où je ris aux étoiles immaculées
et je les accuse toutes dans leur clarté
comment osent-elles m’imposer leur pureté
maintenant que l’on vient de t’enterrer

et la lumière au bout du tunnel d’insomnie
sera le feu d’artifice de mon fusil,
et ma cervelle lancée aux divinités
fera l’étoile de leur culpabilité.

Je prends fermement le canon noir et luisant
le métal froid dans ma bouche me libère
je pleure, le fusil tombe, il n’est pas fumant,
je supplie en larmes un fleuve de lumière.

 

Matin Limousin
Entre les forêts obscures au silence épais
On trouve des prés engloutis dans la brume,
Des prés gorgés de rosée dans l’aube de lait
Et ce brouillard brillant qu’un feu gris allume.

Sortant de la nuit prisonnière des forêts
Le lapin s’enfuit que le renard déroute,
On voit, en quittant les bois qui parlent en secret
Des allées de chênes en marche au bord des routes.

Les forêts murmurent dans l’aube diffuse
Et les clairières s’éclairent d’un linceul blanc,
Une bête ouatée de brume s’amuse
D’odorants genêts dont les fleurs balancent au vent.

Une âme noire dans un vol lourd traverse
Puis se perche sur un arbre. Un corbeau.
Passager des brumes que la forêt verse.
On fait connaissance, mais mes mots font défaut.

L’aube étrange éclaire l’intérieur des brumes
Je coasse vers le corbeau qui m’ignore,
Le brouillard, ce linceul lumineux qui fume
M’avale en silence, ruisselant d’aurore.

 

Regarder le ciel perler de bruine
Je reste assis devant la porte fenêtre
A regarder le ciel gris perler de bruine,
La brume moussue de pluie qui vient de naître,
Ce mauvais temps qui s’émousse en gouttes fines.

Les cieux envahis par un dragon nuageux
Sont fendus de grands sillons de lumière,
Les raies du soleil coupent ce monstre ombrageux
Et rendent à l’herbe leur verdure première.
Les arbres ont explosés sous de jeunes feuilles
De fragiles feuillages froissés un peu clairs,
Et sous leurs voûtes mon regard se recueille :
Leurs étoffes émeraude savent me plaire.

Voir leur peau translucide aux veines nervurées,
La phosphorescence de leur chlorophylle,
Me prouve que l’hiver ne pourra perdurer
Que Pan dans les couloirs du vent se faufile.

La pelouse est dense et regorge de rosée
Que les pissenlits étoilent de leur fleur d’or,
La bruine évanescente vient s’y déposer :
Mousse d’eaux, larmes de soie frôlent la flore.

 

Deuxième album
Nuits blanches

La nuit parfois, la nuit souvent je ne dors pas
Je pense, rêve éveillé à des images
Des images de nuit d’une ville là-bas,
C’est toujours le rideau d’un même mirage.
J’y pense ou je rêve que j’y pense, qui sait ?
Entre rêve d’insomnie, éveil dérivé
Dans cette ville ou des orages chauds couvaient,
Dans cette ville où l’on ne dort pas pour rêver
Pour rêver éveillé à son étrangeté ;
Cette ville éclairée qui regarde la mer
Et moi, moi, je l’observe dos à la jetée.
En tout cas et c’est beau, je rêve les yeux ouverts.

Je rêve de nuits saturées d’humidité
D’air ouaté, d’air chaud, de nuits devenues blanches
D’une immense ville éclairant le ciel violet,
De grands palmiers gracieux que le vent penche
Et de mon impossibilité à dormir,
Dans ce lieu tropical, ce monde américain
J’observe tous ces avions venir et partir
Volant la star aux étoiles jusqu’au matin
Aux étoiles qui, ici cessent de luire,
Et je rêve à ces grandes avenues éclairées
Ces autoroutes vides, au vent parfumé
Et à ces longs palmiers qui ondulent inspirés
Dans cette ville silencieuse et allumée.
Nuit de décembre
Toute cette nuit de décembre
Un vent froid a soufflé aigu dans les branches,

Toute la nuit la lune d’ambre
A baigné l’immensité d’une mer blanche.

Toute la nuit les bois durs ont craqué
Les arbres noirs ont bougé balançant leurs bras,

Toute la nuit le vent fut glacé
Voix d’un gouffre gémissant d’au-delà.

Un court instant mon thé a fumé
Brume dansante aspirée des nuages

Le long de ma gorge a brûlé
Ma bouche échappant des couloirs de mirages.
La nuit n’en finit pas
la nuit n’en finit pas de blanchir l’angoisse
je ne sais pas si tu dors mais tu respires
mes yeux sont rouges et je sue toute ma poisse
je ne croyais pas qu’on allait faire pire.

L’avenue déserte aimante mon regard
une moto hurle et déchire notre paix
tu te réveilles le teint gris, les yeux hagards
tu te rappelles alors tout ce qu’on s’est fait.

Je te dis qu’on peut plus s’aider sans se blesser
c’est pire que se détruire, c’est se souiller
pourquoi je t’ai laissée tant de fois te piquer
mais toi tu comprends plus, mes yeux vont se brouiller.

Les révèrbères ont ce message unique
tu croyais toucher du doigt le sublime
mais moi je te vois, tu es cadavérique
toi qui me sourit noyée dans tes abîmes.
Les montagnes enneigées au bout de la route

 

Les montagnes enneigées au bout de la route
brillent sous la lune, moi je roule vite
pour me prendre en main ou pour fuir mes doutes
dans la nuit bleue dont le silence m’excite.

Tu dors enfin délivrée et ton visage
a cette félicité qu’on prête aux anges,
sur la mer des cieux dérivent les nuages
parfois je songe, tu sais, que tout ça change.

Les montagnes immaculées semblent si prêtes…
et leur auréole de neige éternelle
est le pays des dieux, le but de ma quête
quelque chose de sacré là-bas m’appelle.

Les phares éclairent les pointillés du goudron
comme deux yeux dont la vue est limitée
mais je vois au delà, j’aperçois la solution
je remonte le courant, on va y arriver.

Sous les milliers de diamants griffant l’univers
je me suis enfin apaisé à tes côtés,
la voie lactée écoule sa rivière
en perdant sa poudre de lumière étoilée.

J’ai jamais compris pourquoi j’étais en échec
est-ce que rester à mes côtés peut t’aider?
Tu es belle là, je suis fier d’être ton mec
cette nuit tout roule et je vais accélérer.

La route, cette peau craquelée par le froid
me fait penser à nous, à ce qu’a fait la vie,
pourtant elle se déroule, ouvre une voie
où le givre en long ruban verglacé luit.

je roule vite, la route glisse, tu dors.
je n’arrive plus à être prudent, tu vois
les montagnes là-bas scelleront notre sort,
elles veillent sur nous, j’ai pas réussi moi.

après tant de pleurs on a pourtant essayé
tu es belle en paix là, le sommeil me gagne
dis moi, ô mon ange, as-tu jamais rêvé
Rouler après la lune auprès des montagnes?
Lovés dans la nuit

 

Je roule vite en direction des collines
pour voir la ville en son berceau de lumières,
nous c’est très sérieux à présent j’imagine
c’est pour toujours, j’en formule la prière.

Tu ris, la route serpente vers les hauteurs
la vitesse est cool, la ville brille derrière
je reconnais ce bonheur que tu m’as appris
rouler lovés dans la nuit jusqu’à plus d’heure.

Le vent s’engouffre dans tes cheveux détachés
tu me souris et moi je suis ton amoureux,
j’aimerais que soit bloquée dans l’éternité
cette nuit douce où la lune vogue en eaux bleues.

Nous arrivons au sommet. La ville dort en bas
on voit ses lumières palpiter à nos pieds
comme une eau qui tremble, comme un cœur qui bat
et toi mon ange, ton visage est éclairé.

Des avions approchent et tournent très doucement
quelques étoiles percent dans ce ciel cuivré
et la vallée s’arrondit comme un lac brillant,
mes lèvres s’ouvrent et baisent ton cou parfumé.

Tout autour les arbres humides murmurent au vent
Je viens derrière toi et te serre dans mes bras,
on est deux ombres pures tombées du firmament
chacun vit pour l’autre, lové dans son aura.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s