En bord de vie, trois nouvelles disponibles sur amazon kindle

Présentation de la trilogie : En bord de vie

Des personnes bousculées par des rencontres ou des évènements sont surprises de se trouver en bord de leur vie; si l’une se remet en question, l’autre part à la dérive, et la troisième gagnera en maturité.
Vaste ciel :
Résumé : Un jeune pompier est mis en congé forcé afin de se remettre d’une intervention difficile. Il choisit de partir à l’océan.

P1010196

Extrait1 :
J’essaie de rationaliser ce qui s’est passé, de tout dépassionner. De revoir l’intervention sur le film des souvenirs, d’affronter ce visage désespéré que je ne reconnaissais pas. Cette tête avalée dans la pénombre et ces yeux éclairés par les lumières tournantes des gyrophares, comme des appels muets dans la nuit. Je ne les voyais que par alternance, engloutis qu’ils étaient dans l’obscurité et déjà presque perdus, pour ne les découvrir qu’un instant dans l’éblouissement de la lumière bleue sans vraiment être sûr de ce que je voyais. Parce que la nuit retombait irrémédiablement. Puis les renforts sont arrivés aux cris de mes appels. Louis, mon ami de brigade s’est défenestré hier soir pendant mon service. On était tous émus et pressés d’intervenir dans le camion. On a couru partout, sous sa fenêtre, dans la rue, mais il avait rampé sous des haies. Je l’ai trouvé en premier. Je suis allé le récupérer, il était en sang, je le tenais dans mes bras. J’ai cru qu’il allait mourir, en tout cas j’avais de bonnes raisons de l’envisager.

Extrait2 :
Je termine ma semaine de vacances chez elle, et je m’arrange au boulot pour rallonger cinq jours supplémentaires. J’ai emménagé dans son appartement. Elle me fait découvrir le rivage, on se prépare des pique niques, tout est prétexte pour manger dehors. Elle me fait visiter des citadelles encaissées en retrait des eaux, des abbayes et des fortifications moyenâgeuses. Elle me fait marcher dans des marais que hantent les chouettes au clair de lune. Elle aime qu’on fasse l’amour dehors, sur l’épaisse mousse qui pousse sous les chênes tandis que les herbes hautes de la clairière à côté ondulent comme la mer. J’avais jamais fait ça sous des hululements. On s’est aimés nus pendant que les feuillages bercés de vent s’agitaient comme des ombrelles en nous cachant du clair de lune. Elle me montre les arbres dodeliner de la cime la nuit en me disant qu’ils rêvent. Elle aime marcher dehors, on fait ça toutes les nuits après qu’on ait vu le coucher de soleil sur la mer. On disparaît dans la lande, parfois je ne sais même pas où on est, je dois me repérer au lointain bruit des vagues qui arrive comme un chant dans le silence et j’adore ça; elle me montre les écluses, m’entraine autour des chapelles et des petites églises romanes. On passe près des troupeaux de moutons qu’elle réveille et fait courir pour entendre cet empressement de sabots dans l’herbe molle comme une agitation élégante et douce; on s’approche des vaches assoupies sous les arbres. Elle me fait cueillir des mûres sans lampe de poche, juste au clair de lune. C’en est presque religieux. Nous devenons des ombres dans la nuit. Je découvre le monde. Aurore est une ondine me dis-je parfois. Elle m’initie à une autre vie, et je me demande ce qu’elle me trouve tant elle est à l’initiative de tout. Ensuite on se douche et on rentre dans son lit où elle vient se blottir dans mes bras comme un petit oiseau frêle et elle s’endort aussitôt. Moi je ne tarde pas à trouver le sommeil. Je n’ai jamais été aussi bien dans ma peau.

Effet tunnel :
Résumé : Un libraire tombe amoureux d’une jeune fille qui joue avec l’amour. Il n’hésitera pas à la droguer pour la garder à ses côtés.

P1000925
Extrait1 :
Au fil des jours je vois bien qu’elle s’est habituée à moi, à mes réflexions intellos. Elle a moins envie maintenant, elle s’ennuie et ça m’angoisse. J’y pense la nuit. Je n’ai jamais connu un coup comme elle, et refuse de retourner au désert de ma vie passée. Je suis jaloux d’elle, de sa joie, de sa libido. Je l’enlèverais presque. C’est à partir de là, de cette prise de conscience qu’une fois, alors qu’elle était saoule et nue je l’ai piquée. Elle était bourrée, endormie après l’amour et je l’ai piquée à l’héroïne. Elle m’a regardé boudeuse et n’a pas compris ce que je lui faisais. Là je l’ai enchaînée à moi, ma luciole. Droguer sa gonzesse c’est mieux qu’un serment devant un curé; vous la garderez pour toujours. Un tox suit son dealer comme un chien désespéré. Je venais d’acheter sa liberté. Je me suis senti lâche, mais c’était plus fort que moi, c’était juste une précaution pour l’avenir.

Extrait2 :
Mais mon œil est revenu sur son épaule nue et juste sur sa peau sous sa bretelle de soutien gorge, puis il dévie sur la naissance de ses seins; je sens qu’elle veut qu’on couche ensemble, et qu’elle commande à mes sentiments. J’abandonne le combat. Elle me sourit toujours sage alors qu’elle et moi connaissons nos perversions. Elle poursuit:
-si on en est arrivés là, c’est parce qu’on a des sentiments trop forts l’un pour l’autre, non?

Elle a une façon ingénue de remuer la tête et ses cheveux courts soulignent son mouvement en ondulant. J’ai un frémissement dans les testicules. Je suis contraint de m’approcher d’elle, de m’agenouiller, de montrer que je ne veux plus la quitter, que j’ai capitulé et elle me sourit, elle a gagné, elle ouvre sa bouche sur la mienne, sa bretelle coule sur son épaule et je fourre ma main sous sa robe. J’ai une érection terrible. Cette fille est un poison me dis-je, ça vient peut être de sa culture des îles, de son approche du désir, j’en sais rien mais c’est malsain, elle sent bon et son sang brûle le mien, je mange son cou, ses épaules; elle émet de petits gémissements de douleur satisfaits quand je mords sa peau et ses cris rentrent très loin dans mon esprit et durcissent mon pénis. Cynthia serre ses mains contre mon dos et me griffe doucement, puis plus fort, me poussant à l’embrasser plus goulûment. Les bruits plaintifs et satisfaits qui sortent de sa bouche sont délicieux. Je la prends longtemps, on s’aime et on se fait mal, et je comprends que c’est ce qu’elle attend de moi, les preuves d’un amour douloureux.
L’île :
résumé : Deux adolescents vont s’aimer, si l’un est fils de policier l’autre est fille de toxicomanes.

DSC02079        DSC02001
Extrait1 :
Le brouillard s’est levé et on fend des nappes de brumes. Notre marche devient irréelle. Pélisse a le visage détendu. Je l’aide à franchir une clôture barbelée. C’est l’aventure, elle se coupe. Son visage se crispe et puis me sourit. Elle a un regard profond dans le clair de lune, avec un bleu sombre que j’essaie de ne pas fixer trop longtemps. Je suis amoureux, ça y est, si j’en doutais encore c’est plus la peine. Elle a toujours l’air calme, toujours de bonne humeur.
Je l’ai ramenée tout près de chez elle, plus bas le brouillard étale sur la rivière une mer immobile qu’on regarde.
-t’en parles à personne de l’île, d’accord?
-d’accord Achille. T’as un joli prénom tu sais?
-toi t’es jolie tout court.
Je me sens con de dire ça, mais c’est sorti tout seul. Elle s’approche trop près de moi, me regarde en souriant et dépose un court baiser sur mes lèvres.
-à demain? Me demande t elle.
-oui, à demain.
Nos mains sont jointes jusqu’à ce que nos pas les séparent.
Extrait2 :
-oui, papa.
-jusque là, tout ça tu le savais. C’est maintenant que tu ne vas pas m’aimer, parce que je vais faire le sale boulot. Je dois te mettre en garde contre ce qui peut arriver. Cette fille grandit dans une famille à l’équilibre fragile, enfin je veux dire qu’ils ont des souffrances qu’ils tempèrent en ayant recours à la drogue, je ne te blesse pas en disant ça?
-non, vas-y continue.
-il n’est pas impossible que ta petite amie ait recours de plus en plus à ces substances ou à des formes plus dures encore. Alors entends moi: on peut aider les gens mais que jusqu’à un certain point. On ne peut pas les sauver quand ils ne veulent pas. Si je vois que tu la suis dans un délire de toxico je te ferai la guerre, mais tu le sais, ça?
-oui ça je le sais.
-et si tu fugues et si tu te caches je te trouverai, tu le sais aussi?
-oui! dis-je d’un ton définitivement agacé.
-excuse moi. Il est possible que ta petite amie tombe dans la dure, ce n’est qu’une supposition, et que cela tue votre relation aussi belle soit-elle. Et il ne faudra pas t’en vouloir ni à toi ni à quiconque mon garçon, parce qu’à ce moment là tu auras une grande colère qui pourrait te pousser à vouloir casser la gueule à ses parents ou à son dealer. Et c’est là que je voudrais que tu t’adresses à moi. Parce que tu auras envie de tout envoyer valser, parce que tu seras furieux de voir ta relation sombrer alors que tu auras été irréprochable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s